Cyril Vouilloz aka RYLSEE

07.05.2019

Crédit : Gabriel Balagué
Crédit : Gabriel Balagué

RYLSEE n’aime pas les labels et s’amuse à entretenir un certain flou quant à sa fonction artistique. Ni typographe, ni graphiste ou encore designer, il maintient qu’il « joue avec les lettres et l’illustration. »

Sans prétention, c’est ce statut hybride et évolutif qui rend le créateur intéressant. « Mon travail est simple », dit-il.

« J’évoque des sujets du quotidien, des choses qui m’entourent, et j’aime l’idée de pouvoir créer quelque chose qui fait rire quelqu’un de l’autre côté de la planète. »

L’immense succès de RYLSEE, notamment sur les réseaux sociaux, est attribué en partie à cette simplicité et facilité d’accès. Cette surface recouvre des profondeurs cachées et le travail de RYLSEE a de multiples facettes.

Il explique ce succès du fait qu’il y en a pour tous les goûts: les designers apprécient la composition et l’équilibre visuel de ses œuvres ; les fanatiques de typographie savourent la subtilité de ses lettres ; tandis qu’un public non initié sait apprécier l’humour et le message ; et sa grand-mère lui dirait « c’est très beau, Cyril, mais pourquoi diable n’ajoutes-tu pas quelques couleurs ? ».

Une caractéristique toute particulière de son travail réside dans ses rendus analogiques des effets de « glitch » numériques — où les lettres sont tordues, déformées et fondues de manière inexpliquée.

Au lieu de retracer simplement ces effets, RYLSEE les étudie en profondeur. Le résultat est tantôt renversant, tantôt dérangeant, mais toujours stimulant et provocateur, se situant exactement à la frontière qui sépare l’art numérique et analogique.

RYLSEE a une relation complexe avec le monde digital. « Je suis fasciné par le digital, mais au fond il n’existe pas », dit-il. « C’est magnifique, mais ce n’est pas réel. »

L’un des nombreux paradoxes de son travail réside dans le fait que RYLSEE illustre minutieusement et délibérément des effets, qui dans leur contexte original, sont considérés comme des erreurs. Un être humain qui embellit et personnifie les erreurs d’un ordinateur.

« La magie se trouve dans l’imperfection. »

Un autre aspect de l’esthétique de RYLSEE est caractérisé par la mise en lumière de manière contemporaine du processus, plutôt que du résultat final. « Nous devrions embrasser le fait que les gens fassent quelque chose plutôt que de juger le produit final. » Pour lui « bien fait ne veut pas nécessairement dire intéressant », l’idée se trouvant au-delà de l’exécution.

Cette éthique est protégée par l’utilisation presque obsessionnelle de sketch books. Il ne se promène jamais sans, et ces compilations sont la clé de l’esthétique de RYLSEE. Comme l’essentiel de son travail, elles sont impossibles à catégoriser — sont-elles la source ou le résultat final, le fruit ou l’origine de sa créativité ?

L’art de RYLSEE pose tout un nombre de questions auxquelles il est difficile de répondre. Constamment changeante, surprenante et stimulante, sa vision est programmée pour être hybride. Comme le disent ses admirateurs et collectionneurs anglophones : « Rylsee’s world is a wonderful place to be. »

> Source : introduction du livre « Comment jouer avec les lettres ? »

Ce livre tente d’offrir un aperçu de toutes les facettes qui recouvrent le travail de RYLSEE. Vous y trouverez une variété complète d’œuvres distinctes, en passant par la photographie trompe-l’œil et les œuvres de galeries.​